Avec le Cumul Emploi Retraite (CER), toute personne retraitée a la possibilité d’exercer une activité professionnelle tout en percevant une pension du régime général. Si vous faites ce choix, pensez au portage salarial : le régime présente à la pratique de nombreux avantages.

Travailler à la retraite : les atouts du portage salarial

Depuis son arrivée en France dans les années 1980, le portage salarial est une solution de plus en plus appréciée. Ce n’est pas un hasard si le statut a été créé à l’origine pour les jeunes cadres retraités : combinant sécurité et autonomie, le régime répond à leurs principales attentes.

Conservez une parfaite autonomie dans votre travail

Choix des clients, horaires de travail, rémunérations, modalités d’exercice des missions… le portage salarial vous donne la possibilité de prendre seul les principales décisions relatives à l’exercice de votre activité.

Déléguez vos formalités administratives et comptables

Nulle envie de perdre des heures entières à répondre à vos obligations administratives ? En devenant salarié porté, vous échapperez à de fastidieuses contraintes : c’est l’entreprise de portage salarial qui prend en charge pour votre compte la gestion administrative (déclarations) comme comptable (facturation, relances, éventuels litiges). De même, la société tierce se charge de veiller à la conformité avec les réglementations en vigueur et toutes les évolutions possibles.

Bénéficier de l’appui de la société de portage

Analyse, conseil… la société de portage se tient également à vos côtés pour vous aiguiller dans votre mission de travailleur indépendant.

368 504 retraités ont exercé une activité salariée relevant du régime général en 2016, soit 3 % de l’ensemble des retraités.
Source : la CNAV (Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse)

Monnayez votre expérience

Le profil des retraités tentés par une activité en portage salarial ? D’anciens professionnels qui ont décidé de devenir consultant ou formateur pour partager leur expertise reconnue dans un domaine spécifique : métiers de l’informatique, stratégie, management, ressources humaines…

 

 

Emploi-Retraite : les conditions du cumul

La possibilité de cumuler emploi et retraite est ouverte à toutes les personnes affiliées au régime de base et à celles affiliées aux régimes complémentaires, dans des conditions différentes en fonction des régimes (employés de la fonction publique, artisans, exploitants agricoles). Pour bénéficier du cumul emploi-retraite, vous devrez toutefois avoir :

– cessé vos activités

– liquidé toutes vos pensions auprès de l’ensemble des régimes obligatoires de base et complémentaires, français et étrangers

– atteint l’âge légal du départ en retraite et validé le nombre de trimestres de cotisation, ou atteint l’âge nécessaire pour disposer du taux plein automatique.

Pas d’ouverture de nouveaux droits

Il est nécessaire d’avoir liquidé toutes vos pensions pour bénéficier de vos droits à la retraite. Dans le cas où vous reprenez une activité dans le même secteur, vos cotisations retraite ne vous donneront aucun nouveau droit : ni prise en compte de vos revenus, ni trimestre, ni point… Seuls certains régimes font exception, tels que celui qui s’applique aux pensions militaires.
Par conséquent, si vous souhaitez continuer à valider des points à la retraite ou des trimestres, vous avez tout intérêt à vous tourner vers une retraite progressive.

Cumul intégral ou cumul partiel ?

Le cumul emploi-retraite total

Le cumul intégral est appliqué aux retraités dont l’activité relève du même régime que celui de leur pension. Dès lors, le fait de percevoir une retraite à taux plein ou d’avoir atteint l’âge d’annulation de la décote ouvre la possibilité de cumuler ses revenus avec la pension de retraite.

Le cumul emploi-retraite partiel

Aussi appelé cumul restreint ou cumul plafonné, le cumul partiel concerne ceux qui ne répondent pas aux conditions précédentes. Si vous êtes dans ce cas, sachez qu’il vous est tout de même possible de reprendre une activité salariée dans un secteur différent ou, sous certaines conditions, dans les secteurs privé, public ou agricole.

Attention : le cumul mensuel de votre retraite et de votre revenu doit être inférieur à la moyenne mensuelle de vos trois derniers mois civils – ou de 1,6 fois le SMIC si ce montant est plus avantageux. Tout dépassement a pour conséquence de réduire votre retraite. Il vous faut donc prévenir votre caisse régionale afin que le montant de votre retraite soit ajusté à votre nouvelle situation.

Contactez-nous

Reprise d’activité : prévenez votre caisse de retraite

Même si le portage salarial n’exige que peu de formalités administratives, vous devrez valider votre reprise d’activité professionnelle auprès de votre caisse de retraite. Dans un délai d’un mois suivant la reprise, il vous faudra adresser à celle-ci le nom et les coordonnées de votre employeur, la date de reprise et le montant de votre salaire, ainsi qu’une attestation écrite de cessation d’activité et une copie des trois bulletins de paie précédant la cessation.

Travailler pour votre ancien employeur

Il vous est possible de reprendre une activité salariée chez votre ancien employeur à la condition d’attendre un délai de six mois après la cessation de votre activité et votre admission à la retraite. Si vous ne respectez pas ce délai, votre pension de retraite ne sera pas versée jusqu’au début du 7e mois du délai de carence.
Et évidemment, les différentes parties concernées doivent strictement respecter les conditions du portage salarial, à commencer par l’absence de tout lien de subordination.

Une question ? Nous vous rappelons au plus vite